Restitution d'un camp d'internement à Bordeaux durant la seconde guerre mondiale

Un projet mémoriel pour faire connaître un camp d’internement dans la région bordelaise aujourd’hui méconnu , en mettant en œuvre des compétences professionnelles complémentaires des lycéens.

Origine et contexte du projet

Sur demande des autorités allemandes du 25 octobre 1940, est créé, par arrêté préfectoral du 11 novembre 1940, à Mérignac au lieu-dit "Beaudésert", un camp destiné à réunir tous les nomades du département. Puis, successivement, le camp permet aux autorités de l’État français d’interner les "indésirables étrangers" (notamment espagnols), les communistes (ou présumés tels, qualifiés d’internés administratifs) et les Juifs.

En 1949, le nombre approximatif d'internés pendant l'Occupation au centre de séjour surveillé de Mérignac a été estimé à 8 730 personnes par le cabinet du préfet. Le nombre d’internés à Mérignac atteint de février 1943 à avril 1944 le chiffre de 2 712 personnes (Denis Peschanski, La France des camps, Gallimard, 2002).

Le camp de Mérignac-Beaudésert a aujourd’hui disparu.
Une stèle commémore l’internement de réfugiés espagnols, de Nomades, d’internés politiques, de Résistants et de réfractaires au travail forcé, d’étrangers et de Juifs au sein de ce camp durant l’Occupation.

Objectif du projet

Nul ne sait situer exactement son emprise exacte sur une carte actuelle et si des ouvrages ou des essais retracent son histoire, il n’existe pas de documents de synthèse qui permettrait d’embrasser son organisation ni son fonctionnement.

Il paraît nécessaire, qu’à l’instar du camp de Gurs, par exemple, l’organisation et le fonctionnement du Camp de Séjour Surveillé (CSS) de Mérignac-Beaudésert soient rendus lisibles et compréhensibles par tous.

Descriptif du projet

Ce projet mené par les élèves de terminale des lycées Charles-Péguy à Eysines, Léonard-de-Vinci à Blanquefort et Marcel-Dassault à Mérignac s’inscrit dans le cadre du chef-d’œuvre que doivent produire les élèves en classe de Première puis en classe de Terminale.

Pour atteindre l’objectif cité ci-dessus, les élèves de trois lycées professionnels ont réfléchi à la création d’une table d’orientation permettant d’appréhender le camp dans l’espace urbain actuel mais aussi à la pose de pavés posés de place en place, afin de baliser son périmètre.

En parallèle, les élèves doivent concevoir un site internet permettant de compléter les informations nécessaires à la compréhension de l’histoire du centre de séjour surveillé et à la connaissance des parcours des différentes catégories d’internés jugés tous par les forces d’occupation et par l’État français « indésirables » : Nomades, Espagnols, Juifs, opposants politiques ou jugés tels...
La table d’orientation ainsi que les pavés seront équipés d’un Qr-code permettant aux visiteurs de trouver un guide en ligne (sur le site internet dédié).

Par ailleurs, les élèves pourront pérenniser le travail de leurs pairs et prédécesseurs en présentant sous la forme de capsules audio-visuelles les parcours des familles juives arrêtées à Bordeaux, internées ou non au camp de Mérignac-Beaudésert, envoyées à Drancy puis assassinées pour la plupart d’entre elles à Auschwitz.
A ces capsules s’ajouteront les témoignages de descendants d’internés d’autres « catégories », grâce à l’appui des associations partenaires.

Commencé en septembre 2021, ce projet s’achèvera aux alentours du mois de mai 2023 par la mise en place de la table d’orientation, objet du chef-d’œuvre. La réunion des compétences des trois lycées professionnels auxquels ils appartiennent – à travers le dessin industriel, la taille des pierres et les techniques d’usinage – leur a permis d’appliquer leurs savoir-faire mais également de connaître et de faire connaître l’histoire du camp de Mérignac-Beaudésert.

Le projet en vidéo

Mise à jour : janvier 2023