Colloque interacadémique des trinômes de Nouvelle-Aquitaine - 2021

Le colloque interacadémique des trinômes de Nouvelle-Aquitaine s’est tenu les mercredi 17 et jeudi 18 novembre 2021 à l’Athénée municipal de Bordeaux.

Le colloque interacadémique des trinômes de Nouvelle-Aquitaine s’est tenu les mercredi 17 et jeudi 18 novembre 2021 à l’Athénée municipal de Bordeaux, en présence d’Anne Bisagni-Faure, rectrice de la région académique Nouvelle-Aquitaine, rectrice de l’académie de Bordeaux, chancelière des universités, du général de corps aérien Laurent Lherbette, commandant la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Ouest et de Norbert Laurençon, président de l’association régionale des auditeurs de l’Institut des hautes-études de défense nationale (IHEDN).

Il a permis de rassembler tous les acteurs de l’éducation à la Défense de la région Nouvelle-Aquitaine dans un objectif d’échanges et de partage afin d’encourager les enseignants à monter des projets de promotion de l’esprit de défense et de favoriser les initiatives dans les établissements scolaires des trois académies (Bordeaux, Limoges, Poitiers). Ces rencontres se déroulent tous les deux ans dans une des trois académies de la région depuis 15 ans. La prochaine édition se tiendra à Poitiers en 2023.

Durant ces deux journées, de nombreuses conférences et tables-rondes ont rassemblé des enseignants, chefs d’établissements, inspecteurs, référents académiques Défense et Trinôme, élèves et étudiants, délégués militaires départementaux et représentants des associations régionales de l’IHEDN, autour du thème de la prévention et la gestion des risques, qu’ils soient météorologiques, climatiques, géopolitiques, ou encore cyber. Des visites ont également été proposées au CEA le Barp et à la Base aérienne 120 de Cazaux.

Parmi les différentes interventions, les élèves des Classes Défense Sécurité Globale (CDSG) des collèges Jean-Moulin à Brive et Jean-Mermoz à Biscarosse sont venus témoigner des différentes actions auxquelles ils ont participé (rallye citoyen, commémorations, actions jeunes sapeurs pompiers…) et 46 étudiants en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles (CPGE) au lycée Michel-de-Montaigne à Bordeaux ont pu assister à une conférence portant sur « les enjeux et la doctrine française autour des risques cyber » assurée par le chef du pôle innovation et ressource Comcyber à l’État-Major des Armées. Des tables rondes ont également réuni des représentants de nombreuses institutions locales et nationales, dont l’IHEDN, la direction patrimoine mémoires archives (DPMA) et la direction du service national et de la jeunesse (DSNJ) du ministère des Armées.

À la clôture de ces deux journées riches en retours d’expériences et bonnes pratiques, le nouveau thème des rallyes citoyens des trois académies retenu pour l’année 2022 a été dévoilé : « Quels enjeux pour la Défense dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne en 2022 ? ».

Les trinômes académiques sont une structure de concertation qui ont pour mission de coordonner le volet « éducation à la défense » dans chaque académie. Placés sous l’autorité des rectrices des académies de Bordeaux, Limoges et Poitiers, les trinômes regroupent le représentant du ministère des Armées (Officier Général commandant la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Ouest), celui du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et les présidents des associations régionales des auditeurs de l’IHEDN.

Sa mission est de développer le lien Armées-Nation et de faciliter l’enseignement de défense, qui recouvre la connaissance de la défense et de la sécurité nationale à travers son histoire, ses enjeux et son patrimoine. Cela se traduit par la formation des enseignants et pour les élèves, l’organisation de rallyes citoyens, de visites d’unités militaires et du patrimoine militaire ou encore la participation de classes à des commémorations.

L’éducation à la défense est un enjeu fondamental dans notre société. Elle doit favoriser la construction de la citoyenneté des élèves et leur compréhension du monde, que ce soit grâce au travail de mémoires et d’histoire, l’appropriation de notions complexes, telles que la résilience, et les enjeux géopolitiques.