Journée NAH dans les Pyrénées-Atlantiques

NAH à l'école Saint-Cricq Oloron

Pour sensibiliser la communauté éducative aux phénomènes de harcèlement dans le milieu scolaire, la journée Non au harcèlement est organisée chaque année au mois de novembre.

Cette journée est l'occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d'avoir une scolarité épanouie dans le cadre de l'École de la confiance.

Les écoles et établissements du département des Pyrénées-Atlantiques ont activement participé à cette journée, proposant multiples actions :

L'école Latapie d'Asson a produit un travail collaboratif de cycles mélangés.

Après des séquences dédiées au thème dans chacune des classes basées sur des ressources vidéos et bandes dessinées, un débat a été organisé. La finalité étant la réalisation d'une affiche sur le thème en binôme en vue d'une exposition sous le préau, accessible aux parents d'élèves. 

L'école Saint Cricq d'Oloron-Sainte-Marie,  école élémentaire de 148 élèves, s'est mise en vert pour dire "Non au harcèlement" en cette journée du 18 novembre :

En début de semaine, les élèves ont participé à différents ateliers de sensibilisation au harcèlement. L'école a choisi d'axer certains de ces ateliers sur la reconnaissance de la différence.

L'atelier EPS a proposé aux élèves de se déplacer avec des béquilles, les yeux bandés en étant guidé par la voix ou la main d'un camarade, ainsi que jouer au ballon avec un seul bras. Ils ont travaillé l'écriture des deux mains, la lecture sur les lèvres, et également la lecture d'un texte "comme si ils étaient dyslexiques".

Divers jeux de rôles ont mis en scène des élèves qui se sont mis dans la peau des différents acteurs lors d'une situation de harcèlement. Ces situations ont permis de constater que le rôle du témoin était déterminant pour faire cesser une situation de harcèlement.
Pour finir, en atelier "Arts visuels", les élèves ont produit en classe différents supports de communication sur le harcèlement et le respect de la différence.  Ces productions sont affichées sur une fresque, à la sortie de l'école, ce jeudi 18 novembre.

Les élèves du collège Maurice Ravel de Saint-Jean-de-Luz ont participé à une sensibilisation aux phénomènes de harcèlement en milieu scolaire.

A l’initiative de madame Bondietti, conseillère principale d’éducation, et de monsieur Aviragnet, principal adjoint, les collégiens ont pu s’interroger, échanger et réfléchir sur ce phénomène.

Point de départ de la séance : l’affiche réalisée l’année dernière par les élèves du Conseil de la Vie Collégienne dans la cadre du concours « Non au harcèlement », qui a remporté le premier prix académique. Les élèves ont échangé, par la suite, sur la définition du harcèlement et sur les attitudes à adopter dans une telle situation, notamment en tant que spectateur. Le collectif était au centre des échanges.

En fin de journée, une conférence débats sur l’usage du numérique parents-ado a été organisée au collège par l’association Adoenia et l’association Sagardian.

Animé par Gilles Riba, animateur prévention Adoenia, ce moment d’échanges a réuni  parents, personnels du collège et professionnels (animateur, psychologue…) autour des thèmes des réseaux sociaux, les jeux vidéos,...

Le collège Félix Pécaut de Salies-de-Béarn a organisé des intervention d'une heure pour sensibiliser les élèves.

A partir de courts-métrages, les intervenants (CPE, AS, infirmière et AED du niveau) ont ouvert la parole pour identifier le phénomène de harcèlement et essayer de trouver collectivement les façons de réagir et d'agir.
Un temps de formation a été organisé à destination des délégués de classe, ainsi que ceux de l'ULIS et de l'internat avec Mme Barbara LONLAS, CPE et référente académique du CVL, accompagnée d'élèves du CVL de la cité scolaire Gaston Fébus formés sur le sujet.
Le CDI a proposé tout le long de la semaine des livres et des revues sur le thème.
Madame RAVET, l'assistante sociale et Madame LAMAZERE, l'infirmière, ont lancé un concours d'affiche. Les enseignants et la Vie scolaire se sont mobilisés pour accompagner les élèves. Par exemple, les élèves d'ULIS et les élèves de L'UEE, ont élaboré des affiches avec leurs enseignants.

Le lycée des métiers d'art Gabriel Haure Placé de Coarraze a proposé un programme riche pour cette semaine :

Une exposition a été montée dans l'Agora avec des affiches de sensibilisation, et mise en avant des livres du CDI sur ce thème, des travaux d'élèves, ainsi qu'une présentation des affiches lauréates du concours NAH.

Une diffusion de courts métrages a été organisée, ainsi qu'un clip réalisé par les élèves du lycée.
L'association Léo Lagrange est venue en intervention "Le respect c'est Mutuel.le" en début de semaine.
Un animé, "The Silent voice" a été projeté le mercredi soir, choisi et présenté par les ambassadeurs lycéens contre le harcèlement et les élèves du club manga.

Pour finir, une sortie au théâtre au Pari à Tarbes est proposée aux élèves le jeudi 18 novembre  : "La troisième vague" (expérimentation théâtrale sur l'endoctrinement et les systèmes totalitaires).

Au collège Daniel Artote d'Orthez, les actions menées se sont terminées par une photo aérienne des élèves traçant les lettres UNIS sur le stade Bergerau.

Intervention du groupe "Référents et sentinelles" au lycée professionnel André Campa de Jurançon.

Le lycée de Navarre de Bayonne a projeté le film "1:54", réalisé par Yan England, au cinéma Le Vauban de Saint-Jean-de-Luz.

Le lycée des métiers Francis Jammes d'Orthez a mis en place un code couleur blanc pour les élèves, ainsi que pour les adultes.

Un concours de slogans a également été lancé dont les 3 meilleurs seront affichés dans l'enceinte du lycée.
Enfin, une sensibilisation sur la possibilité de devenir ambassadeurs contre le harcèlement a été proposée aux élèves.